La pêche sous-marine sur les épaves

Toutes vos questions sur les épaves normandes : histoire, position, profondeur, etc.
Règles du forum
Bienvenue dans le forum de la vache sous-marine.
Si vous êtes un nouveau venu, merci de lire la charte d'utilisation.
Avatar de l’utilisateur
Ronan
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 6457
Inscription : 25 juin 2004, 22:45
Localisation : Toulouse, Occitanie
Contact :

La pêche sous-marine sur les épaves

Message par Ronan »

Localisation d'une épave

Pour plonger sur une épave la première chose à connaître est sa position et sa profondeur. Les sources d'information sur la position des épaves sont multiples. Citons parmi elles le SHOM, qui édite un cdrom « épaves des côtes de France » contenant des informations sur 4000 épaves répertoriées. On trouve aussi une foultitude d'informations sur divers sites internet (voir la rubrique liens).

Voici ce qui caractérise la position d'une épave :
  • Sa position géographique : la position géographique s'exprime en général sous la forme latitude / longitude. Ces deux coordonnées sont des angles exprimés en degrés. La seule subtilité provient de ce que ces angles peuvent être présentés sous la forme « degré, minute, seconde », « degré, minute », « degré ». Beaucoup de plongeurs et de pêcheurs convoitent ces points comme s'ils valaient de l'or. Sachez que la plupart du temps une petite recherche sur internet ou l'achat du CDROM du SHOM suffisent à les localiser à 100m. Ensuite, une bonne demi-heure de patience sur l'eau, et votre GPS, épaulé de votre sondeur, vous révélera la précieuse position.
  • Le référentiel géodésique utilisé (WGS84, Europe50, etc.) : il faut être particulièrement attentif au référentiel géodésique utilisé car si vous reportez une position Europe50 sur un GPS configuré en WGS84, l'erreur de position peut être supérieure à 100m. Le référentiel WGS84 est en passe de devenir le standard international, cependant de nombreux documents nautiques français utilisent encore le référentiel Europe50. La majorité des cartes du SHOM sont en Europe50, mais celles-ci commencent à être ré-éditées en WGS84.
  • La précision de la localisation : la précision de la localisation est elle aussi très importante. Si une position vous est donnée avec une erreur inférieure à 10m, vous trouverez l'épave à coup sûr en quelques minutes. Si l'erreur est comprise entre 10 et 100m, il faut compter jusqu'à une heure de ratissage de la zone avec GPS et sondeur pour la localiser. Si l'erreur est supérieure 100m, il faut brûler un cierge.
    Si vous vous procurez la position d'une épave mais que vous ne trouvez pas les informations sur la précision de la localisation, attendez vous au pire !
  • La profondeur de l'épave : la profondeur de l'épave est bien évidemment un paramètre majeur pour le pêcheur sous-marin. Elle est en générale donnée en mètres au dessus du niveau zéro hydrographique, c'est-à-dire par rapport au niveau le plus bas que la mer puisse avoir. Une conséquence directe de cela est qu'il s'agit d'une profondeur minimum. Même à basse-mer, il faudra ajouter 1 à 3m à cette valeur pour obtenir la profondeur réelle. A pleine mer, on peut avoir à ajouter jusqu'à 8m, selon le coefficient de marée.
Accès aux épaves

Certains caissons du port d'Arromanches sont accessibles à la nage pour une personne en bonne condition physique. Mais pour les autres épaves, il vous faudra possèder un bateau, un GPS et un sondeur. Il faut toutefois bien garder en mémoire que les épaves de la baie de seine sont très convoitées des pêcheurs en tout genre et des plongeurs. Il convient donc de ne pas s'imposer sur une épave déjà occupée par plusieurs bateaux. Nombreux sont ceux qui ne respèctent pas les 150m de distance minimum à garder avec les autres navires (pêcheurs et plongeurs). Certaines personnes tolèrent qu'un autre bateau s'approche à moins de 150m de leur position, mais sachez que cela est une faveur qu'elles vous font et non un droit que vous possédez ! A vous de savoir vous montrer humble et poli et de toujours demander l'autorisation de vous approcher.

Équipement électronique

La visibilité ne permettant que rarement de voir le fond à plus de 3m en baie de Seine, un GPS et un sondeur sont nécessaires pour localiser ou retrouver une épave.
  • Le GPS (Global Positioning System)

    Pour choisir un bon GPS, il faut qu'il obéisse aux critères suivants :

    - Précision de la localisation à moins de 10m.
    - Gestion de plusieurs centaines de points (100 points est le strict minimum : plusieurs points peuvent être utilisés pour localiser une grosse épave).
    - Boîtier 100% étanche.

    Tous les GPS du marché remplissent sans problème les deux premiers critères (La quasi-totalité des GPS du moment offrent une précision inférieure à 5m et une mémoire 500 points). Le critère problématique est en fait l'étanchéité. Beaucoup d'appareils sont annoncés étanches avec un qualificatif obscure : IPX6 ou IPX7. Cela correspond en fait au type d'étanchéité : IPX6 = étanche au embruns, IPX7 = étanche à l'immersion à moins d'un mètre. Il est fortement recommandé de choisir un appareil étanche à l'immersion tant l'eau est omniprésente dans un bateau de plongeurs, sans cabine dans 99% des cas. Certaines marques proposent ce type d'étanchéité sur leurs appareils d'entrée de gamme.

    Les petits trucs qui peuvent vous aider à départager deux marques ou modèles sont : la lisibilité de l'écran, la présence d'une prise d'interface avec un PC ou encore la taille de l'appareil par rapport à la place dont vous disposez sur votre tableau de bord.

    D'une manière générale, beaucoup d'appareils d'entrée de gamme conviennent parfaitement à la pêche sous-marine, il est inutile de se ruiner sur un GPS haut de gamme avec cartographie ou DGPS.
    Image
    Le sondeur et le GPS sont les compagnons indispensables du plongeur sur épave
  • Le sondeur

    Le choix du sondeur demande une attention particulière, car contrairement au GPS, tous ne répondent pas aux exigences de la pêche sur épave.

    Les deux critères importants pour le choix d'un sondeur sont les suivants :
    - Boîtier 100% étanche
    - Résolution et précision de l'appareil

    Comme pour le GPS, un boîtier IPX7 est fortement recommandé, pour naviguer l'esprit tranquille par tous les temps.
    Un point plus compliqué est celui de la résolution du sondeur. La plupart des sondeurs d'entrée de gamme proposent une faible résolution avec un affichage en noir et blanc qui ne reproduit pas l'intensité du signal reçu. L'image du fond est alors très simplifiée et il est impossible de faire la différence entre un fond rocheux, sableux ou couvert de plaques métalliques. Certaines épaves ne sortent plus guère que d'un mètre sur le fond, et dans des conditions de houle, ou sur des fond irrégulier, un sondeur trop simple peut ne pas voir une épave. C'est pourquoi il vaut mieux choisir un sondeur offrant une bonne résolution ainsi que plusieurs niveaux de gris pour l'affichage (4 minimum). Malheureusement, le prix s'en ressentira.

    Un certain nombre de fonctionnalités ne servent pas vraiment pour la pêche sous-marine sur épave : les sondes à faisceaux large 50kHz (le plongeur cherche en général à savoir ce qu'il y a en dessous de son bateau, pas à côté), la détection de poisson (détecte bien plus souvent les algues flottantes que les poissons qui ne passent pas sous un bateau en marche).
    Image
    Dans ces conditions, mieux vaut une électronique avec une étanchéité garantie par le constructeur
Balisage de l'épave

Une phase très importante de la pêche sur épave est le balisage. Il consiste à marquer la position de l'épave par une ou plusieurs bouées afin que le plongeur sache où elle se trouve lorsqu'il se repose à la surface. Il est déconseillé de mouiller le bateau directement sur l'épave. En effet, le mouillage va à coup sûr s'accrocher sur l'épave et après une partie de pêche la fatigue rend très pénible le décrochage en apnée de l'ancre, d'autant qu'un mouillage ne tombe pas à la verticale et que pour 10m de fond, il faudra suivre le mouillage sur au moins 15m. L'autre raison de ne pas mouiller sur une épave est que le bruit généré par la chute du mouillage et de sa chaîne sur les plaques métalliques risque de faire fuir le poisson avant même votre première descente.
Image
La bouée marque l'épave et le bateau se trouve 10 ou 20m plus loin mouillé sur le sable
Techniques de chasse sur épave

Quelque soit la technique de chasse employée, la règle d'or reste le silence. Pensez à palmer sans laisser vos palmes s'entrechoquer et à ne pas faire taper votre fusil, vos palmes ou vos plombs sur l'épave : les bruits de chocs font instantanément fuir tous les poissons méfiants comme le bar. La mise à l'eau doit elle aussi être fluide (éviter de vous laisser tomber dans l'eau), et d'une manière générale, ne tapez pas sur la surface de l'eau.
Même si vous êtes très silencieux les poissons vous entendent lors de votre descente, mais si vous ne faites pas trop de bruit, leur curiosité prendra le dessus sur leur méfiance.

Une fois la descente effectuée, deux possibilités s'offrent à vous :
  • La prospection de l'épave

    C'est en fait un mélange d'indienne et de chasse à trou. Cela consiste simplement à parcourir l'épave à la recherche de trous, de cales ou de tôles susceptibles d'abriter du poisson.Cette technique permet de déloger les gros spécimens de bar qui restent dans l'épave et qui ne sont pas en chasse. Parcourir l'épave en palmant permet aussi de trouver les crustacés qui sont souvent bien en évidence sur les tôles. Le parcours de l'épave permet aussi de trouver de très belles vieilles qui ne s'effarouchent pas à la vue d'un plongeur.
  • L'agachon

    Les tôles enchevêtrées fournissent un camouflage efficace pour l'affût. Lorsque les bancs de bars chassent autour de l'épave, c'est la technique à privilégier. Une fois à l'agachon, le plongeur attentif pourra entendre les claquements de queue des bars qui poursuivent leurs proies. Lorsqu'ils chassent, les bars sont moins méfiants. A l'agachon, il faut garder son calme et ne pas tirer sur le premier bar venu car ce sont toujours les plus petits qui arrivent en premier et les plus gros qui suivent un peu plus tard.
Le matériel conseillé

En Normandie, l'eau n'est pas claire. Inutile, donc, d'emmener votre arbalète de 1m30. L'arbalète la plus utilisée est celle de 75cm. Elle est suffisamment courte pour être maniable dans les tôles des épaves et la visibilité ne permet pas toujours d'utiliser une 90cm. L'arbalète de 90cm est elle aussi utilisable sur épave mais le gain de portée et de précision se fera au prix d'une perte de maniabilité.

Le trident est considéré dans la région comme un incontournable de la chasse sur épave. Il procure l'avantage suivant par rapport à la tahitienne : propulsé par les élastiques (sandows) adéquats, il assomme le poisson quand il ne le tue pas sur le coup. Ainsi immobilisé, le poisson n'emmêle pas le fil de la flèche dans l'épave (on se demande parfois si on va réussir à tout démêler ), il ne fait pas fuir les autres poissons avec ses débattements désespérés.
Le trident présente tout de même quelques inconvénients : il faut utiliser des élastiques à forte poussée (mégatonne, mégabooster, méga-etc.) pour le propulser correctement tant sa résistance à l'eau est grande. Même avec se type d'élastiques, la portée reste limitée par rapport à une tahitienne.

Le trident est donc un outil idéal pour les tirs à courte distance (typiquement une épave), mais sera totalement inefficace à plus longue portée. Notez aussi que tous les poissons ne se tirent pas au trident, le lieu jaune par exemple est un poisson à la chair fragile et les spécimens de tailles inférieures à 50 ou 60cm risquent de se faire couper en deux s'ils ne sont pas fléchés dans la tête.

Le moulinet est lui aussi indispensable. Quantités de tôles métalliques enchevètrées forment autant de pièges pour votre flèche ou votre trident. Lorsque ceux-ci s'enraguent et que vous n'avez plus assez d'air pour les décrocher, le moulinet vous permet de remonter en toute sécurité sans laisser votre arbalète, qui sera difficile à retrouver si la visibilité est mauvaise. Une fois bien reposé en surface, vous pourrez descendre tranquillement pour récupérer votre matériel. Inutile de se ruiner dans des moulinets dernier cri, le modèle de base rempli parfaitement son office.

Comme cela à été expliqué dans le pragraphe sur le balisage de l'épave, une ou deux bouées equipées d'un dévidoir et d'un plomb d'au moins 1kg sont particulièrement utiles pour baliser l'épave et se repérer en surface. Elle sont en plus une garantie de plus pour votre sécurité en améliorant votre signalisation.
Image
L'arbalète équipée d'un trident et d'un moulinet, ainsi que la bouée et son dévidoir
Les consignes de sécurité

La pêche sous-marine sur épave présente des risques spécifiques qu'il vaut mieux connaître avant de si atteler :
  • Les filets et chaluts

    Souvent, les épaves sont découvertes par les chalutiers qui accrochent leur chalut dessus. Parfois de larges parties de ces chaluts sont abandonnés sur l'épave même. Les filets classiques des « petits » pêcheurs qui les ont posés trop près des épaves restent, eux aussi, parfois accrochés sur l'épave.
    Ces filets et chaluts représentent un danger majeur pour le plongeur en apnée. Le seul moyen de diminuer ce risque est de ne pas plonger sur une épave lorsque la visibilité est trop faible. L'apnéïste doit être conscient que s'il s'accroche sérieusement dans un filet, le couteau même bien aiguisé ne sert à rien. Pour diminuer les riques de s'accrocher, il est préférable de ne pas garder de montre par dessus la combinaison, de ne pas attacher un accroche poisson à sa ceinture et d'opter pour une ceinture de plomb très facilement décrochable. Notez aussi que le baudrier augmente les risques d'accrochage et ne se détache pas facilement, ce n'est donc pas recommandé dans ce type de pêche.
  • Le mauvais état des épaves

    Les épaves sont soumises à l'agressivité du milieu sous-marin et se dégradent très rapidement. Bien souvent, elle ne consistent plus qu'en un amas de tôles. Il est très tentant de rentrer dans les cales ou de se glisser sous les structures métalliques pour y chercher le poisson, mais cela est dangereux. Beaucoup de ces structures n'attendent qu'un coup de palme pour s'éffondrer sur le plongeur. Les conséquences pour l'apnéïste son évidentes.
    Une règle saine à se fixer est de toujours garder une des deux mains en dehors du trou de manière à pouvoir limiter la partie du corps exposée et à se libérer en cas d'accrochage ou d'éffondrement d'une tôle.
Répondre